Aller à…
=> CANCER : Téléchargez 2 livres gratuitementRSS Feed

Panga, poisson de M…e


Le panga est un nouveau poisson asiatique qui est en train d’envahir le marché à cause de son bas prix et que nous trouvons chez Carrefour et Picard, surtout sous forme de filets. Au Vietnam, ce poisson fait l’objet d’un élevage industriel intensif dans le delta du Mékong. Or il faut savoir que le Mékong est l’un des fleuves les plus contaminés de la planète. Ceci fait que les pangas sont infectés, à haut niveau :

– de venins
– de bactéries pathogènes
– d’arsenic,
– de résidus industriels toxiques,
– de métaux contaminés,
– de phénols poly chlorés (PCB),
– de DDT et leurs (DDTs,
– d’isomères chloratés (CHLs),
– d’hexachlorociloxane,
– d’hexa chlorobenzène (HCB).

L’alimentation des pangas échappe à toute règlementation

Les pangas qui sont connus pour leur extrême voracité mangent n’importe quoi et se complaisent à la sortie des égouts. Même les excréments dont on les gratifie copieusement ne les dérangent pas. On complémente leur nourriture avec des poissons morts, des restes d’os, des farines de manioc d’Amérique du Sud, et des résidus de soja.
Il est évident que ce type d’alimentation peu salubre n’a rien à voir avec celle d’un environnement naturel. Cela ressemble beaucoup à l’alimentation des vaches folles (qui furent nourries avec des farines de vaches…). Vous en rappelez-vous ?
Ainsi, les pangas d’élevage grandissent 4 fois plus vite que dans la nature.

Comme l’apprenti sorcier dans Fantasia de Walt Disney

Des scientifiques ont découvert que si l’on injectait les femelles panga avec des hormones féminines dérivées d’ urine déshydratée de femmes enceintes, la femelle panga produisait ses œufs plus rapidement et en très grande quantité – une femelle panga arrive ainsi à produire 500.000 œufs en une seule ponte. C’est ainsi que ces poissons reçoivent des hormones injectables produites par une entreprise pharmaceutique chinoise pour accélérer le processus de croissance et de reproduction.

En achetant du panga, nous collaborons avec des entreprises gigantesques sans aucun scrupule, qui ne se préoccupent pas de la santé  des humains.

Nota : Étant donné la prodigieuse quantité de pangas disponible, ils termineront également dans d’autres aliments : surimi (ces petits bâtonnets faits avec de la chair de poisson), poisson en boîte et probablement dans quelques aliments pour animaux (chiens et chats).

… et « Bonjour Cancer » pour ceux qui se laissent séduire par les promotions !

Sources : François Harmegnies – centre Ifremer de Brest – Département REM

Lire aussi : Les Mystères de la civilisation Inca