Aller à…
=> CANCER : Téléchargez 2 livres gratuitementRSS Feed

Pauvreté et addictions


Quand la pauvreté croissante dévoile des addictions stupides

Je constate par des articles sur des vols à l’étalage de plus en plus récurrents dans les presses régionales, que l’air de rien, la disette s’installe dramatiquement en France, dans des tranches de population périphériques (jeunes et petits retraités) qui n’ont plus de quoi assurer leurs habitudes alimentaires. Dans les supermarchés on commence à mettre des puces antivol sur la viande et la charcuterie emballée. De plus en plus, un peu partout, des boucheries sont fracturées et vidées la nuit. On a même vu en Isère, des vaches abattues la nuit dans des prés, et débitées en morceaux qui se sont volatilisés dans la nature. Bien sûr la grande presse ne parle pas de tout cela, d’autant plus que ce nouveau phénomène de survie est accompagné d’une chute de 30% du chiffre d’affaire des secteurs de la viande et des produits laitiers, cela créant des milliers de nouveaux licenciements. Néanmoins sur le net, on peut lire « La faim arrive en France », mais la faim de quoi ? Uniquement de viande et de charcuteries pardi, parce que çà coûte cher !

Et c’est là que je bondis d’étonnement, avec le constat consternant d’inadaptabilité de la plupart des gens qui restent formatés sur des croyances culturelles plaçant la viande et les produits laitiers au niveau des priorités alimentaires absolues. On ne vole pas du riz, des pâtes, des pommes de terre, des lentilles, des haricots, des fruits secs, qui sont la base des réserves que l’on fait sur les bateaux pour les longues croisières, mais seulement de la viande et de la charcuterie ! Cela me fait repenser à mes parents et grands parents qui pendant la dernière guerre faisaient des réserves de sucre (blanc) et de chocolat comme si c’était une priorité sécuritaire. Moi j’aurais plutôt fait des réserves de Whisky… pour pouvoir oublier que c’était la guerre !

Tous les experts indépendants sur les questions alimentaires mondiales sont d’accord pour affirmer qu’en raison de la croissance  démographique, nous sommes arrivés à un point où l’humanité doit rapidement réduire et cesser la consommation animale si elle veut survivre. La récession économique actuelle serait une sage occasion pour adapter les menus au porte-monnaie, en éradiquant les coûteux produits animaux qui de plus, sont reconnus être en grande partie générateurs des grandes maladies de notre civilisation. Mais comme disait un célèbre nutritionniste « Il est encore plus difficile de faire changer les gens d’habitudes alimentaires que de religion ! »

MD

Lire aussi : L'hydrothérapie chez soi.