Aller à…
=> CANCER : Téléchargez 2 livres gratuitementRSS Feed

Nicola TESLA


Le plus grand inventeur de tous les temps

Qui a vu dans les livres scolaires le nom de Tesla ? Personne. Et pourtant, ce génie qui passe devant tous les savants de toutes les époques a sorti plus de 700 brevets !

Pourquoi cette Omerta totale autour de lui ? Parce que ses inventions auraient anéanti les grands trusts mondiaux de l’énergie, rendant celle-ci gratuite.

Pourtant nous utilisons tous les jours sans le savoir des inventions de Tesla, telles le courant alternatif, la radio, les moteurs électriques à induction, les tubes néon, la télévision, les télécommandes, etc.
Mais ceci n’est que la partie visible de l’iceberg, car la plupart de ses brevets qui sont bien en avance sur notre technologie actuelle ont été mis sous le boisseau car trop dangereux, volés ou confisqués à l’usage exclusif du complexe militaro-industriel des  USA.

Nous avons eu depuis le début du siècle des moyens inouïs mis à disposition par cet inventeur génial qui se voulait un bienfaiteur de l’humanité voulant construire une société non polluante et respectueuse de la vie. Ainsi TESLA écrivait un jour : “Une énergie qui est produite par la destruction des éléments naturels est un crime contre la nature et conduira un jour à la catastrophe.” Mais l’agressivité des gouvernements corrompus en utilisant à l’envers ses inventions, a fait de cet homme de paix un homme de guerre que l’on a soigneusement tenu dans l’ombre.
A remarquer que jamais aucun scientifique actuel, aucune revue scientifique ne fait référence à Tesla, complètement inconnu pour certain, charlatan sans intérêt pour d’autres, enfermés qu’ils sont dans la sacro sainte « loi de la conservation de l’énergie ».

Voici donc une rapide biographie de l’homme :

Le petit Nikola

Nikola TESLA, né en Croatie en 1856, est le fils d’un prêtre orthodoxe croate. Déjà tout petit, les moulins à eau le passionnaient, et son rêve d’enfance fut de venir en Amérique pour exploiter l’énergie des chutes du Niagara. Il étudia les mathématiques et la physique en Autriche et la philosophie à Prague. Il débuta sa carrière comme ingénieur dans une compagnie de téléphonie à Budapest en 1881.
Ce fut à ce moment que l’idée d’un moteur à champ magnétique tournant traversa son esprit. Il conçut alors le principe du moteur à induction qu’il construisit avec succès lors d’un séjour à Strasbourg en 1883.

Nikola Tesla en Amérique

En 1884, après un bref passage à Paris dans la Société Continental Edison, où il mit au point plusieurs types de dynamo, il accepta de rejoindre Edison lui-même aux Etats Unis pour perfectionner sa gamme de dynamos . Mais rapidement, le désaccord survint entre les deux hommes au sujet du mode de propagation du courant : continu pour Edison, alternatif pour Tesla. Il était évident que le courant continu ne pouvant monter en voltage ne pouvait être transporté à plus de 3 km.
Le problème résidait dans le fait qu’Edison avait beaucoup investi dans le courant continu, ayant équipé les premiers ateliers et les premières villes en éclairage et en motricité. Pendant ce temps, Tesla qui avait déjà déposé 40 brevets sur les alternateurs et les transformateurs polyphasés s’était lié d’amitié avec celui qui devint son protecteur et son sponsor, Georges Westinghouse. Celui-ci racheta donc ses brevets en vue d’équiper toute l’Amérique en électricité alternative. En dépit de la guerre meurtrière menée par le groupe Edison, la bataille fut gagnée par Westinghouse / Tesla en raison de la grande supériorité technique des procédés.

Le grand jeu

Devenu riche, Tesla installa son laboratoire dans la 5ème Avenue. C’est là qu’il fit ses démonstrations spectaculaires de courants hautes fréquences : “Même avec des tensions de 1 million de volts, il faisait traverser le corps sans aucun dommage”. Hélas, un jour son laboratoire fut détruit par le feu faisant disparaître son matériel et ses notes personnelles. Cette catastrophe entraîna évidemment de fâcheux retards dans ses travaux qui, s’il s’était arrêté là, l’avaient néanmoins élevé à la postérité en raison de son invention capitale du champ magnétique tournant, principe de tous les moteurs alternatifs actuels.
Bref, il ouvrit un second labo à Manhattan. Ce fut là qu’il mit au point les vibrations harmoniques détruisant presque, lors de ses essais, son laboratoire et les immeubles voisins. Tous les éléments de ce laboratoire sont maintenant exposés au musée Tesla à Belgrade.

La fameuse bobine de Tesla

C’est en 1891 que Tesla inventa cette bobine qui transforme le courant basse fréquence (BF) en courant haute fréquence (HF) et aussi nommée “transformateur à résonance ”.
Dans un transformateur courant, la tension augmente au détriment de l’intensité ou inversement. Dans le cas présent, Tesla l’a démontré plus tard à Colorado Springs, il est possible d’obtenir des tensions de sortie de plusieurs millions de volts ( il est monté à plus de 12 Millions de volts) avec des intensités de plusieurs centaines d’ampères en sortie de bobine, alors qu’elles auraient dû être infimes.
La bobine secondaire dotée d’un très long bobinage se trouve à l’intérieur de la bobine primaire et contrairement aux autres transformateurs elle ne comporte pas de noyau central de ferrite.
Le circuit primaire comporte un interrupteur qui est fait d’une source haute tension à pulsations (générateur ou transfo), d’un condensateur et d’un éclateur d’étincelles pour décharger rythmiquement le condensateur.

Tout l’art consiste à établir les réglages du courant primaire (fréquence de la source, capacité du condensateur, écartement de l’éclateur, nombre de tours de la bobine primaire) pour que le secondaire entre en résonance.
Les impulsions du circuit primaire travaillent comme les poussées rythmiques appliquées à une balançoire. Les applications d’une telle bobine sont gigantesques. Déjà dans le cas d’un courant alternatif conventionnel de 50 à 60 Hertz, la possibilité de transport par fil sur longues distances se fait avec des pertes réduites. Quand le courant est converti en hautes fréquences, les possibilités sont multipliées par 10 ou par 100.

La consécration de Tesla

En 1893, eut lieu l’exposition universelle de Chicago pour fêter les 400 ans de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. Ce fut un rassemblement mondial où chaque pays apporta ses meilleures avancées dans les domaines de l’industrie, du commerce, de l’éducation, etc… Westinghouse profita de cette occasion pour présenter les générateurs et moteurs à champ tournant de Tesla. Plus de 200 000 ampoules furent installées dans un véritable déluge de lumière.
Cette démonstration éclatante enterra définitivement le courant continu d’Edison. Suite à cela, le rêve d’enfance de Tesla put se réaliser avec la première centrale électrique Westinghouse qui fut installée en octobre 1895 au pied des chutes du Niagara. En 1896, la ville de Buffalo fut entièrement illuminée grâce à cette centrale.

Une avalanche de brevets

Tesla a déposé près de 700 brevets dont beaucoup ont été récupérés par d’autres. Par exemple, il a breveté le système radio, qu’il avait déjà fait fonctionner, en 1896. Ses schémas ont servi plus tard à Marconi encore considéré comme le père de la radio. Ceci fera dire à Tesla : Marconi est un brave garçon, mais il a quand même exploité 17 de mes brevets”, lorsque celui-ci reçut le Prix Nobel en 1909.

  • En 1943, la Cour Supérieure des Etats-Unis annula les brevets de Marconi reconnaissant Tesla comme inventeur réel de la technologie radiophonique.
  • En 1888, Tesla avait déjà fait la démonstration de la télécommande d’un modèle réduit de bateau par impulsions radio. Ses brevets furent plus tard utilisés dans le guidage des missiles.
  • En 1896, il présenta dans “ Century Magazine ” le principe de la télégraphie sans fil.
  • En 1896, Electrical Revue publia des photos faites au rayon X par Tesla avec un tube à rayons X de sa conception, cela en même temps que Roentgen annonçait la découverte des rayons X.
  • Puis, il inventa une turbine à vapeur à haut rendement avec un flux en spirale.
  • A la fin de 1920, il breveta un avion à décollage vertical. Cette invention fut reprise avec succès dans la réalisation de l’avion militaire V20 américain.
  • Tesla a inventé toutes sortes de lampes et de tubes lumineux qui s’allumaient sans branchement à proximité d’une bobine Tesla.
  • En 1935, exactement, Nikola Tesla offrit aux gouvernements des Etats-Unis et de Grande-Bretagne la formule de sa «machine anti-guerre» : un rideau de rayons de particules qui aurait enveloppé tout le pays de manière absolument sûre, car tout projectile de l’ennemi aurait été détruit à une distance de 200 miles (125 km).

Une partie des croquis et des notes de Nikola Tesla ont probablement disparu dans le coffre-fort de John Pierpont Morgan et les services secrets internationaux s’arrachèrent le reste après sa mort en janvier 1943. Certains scientifiques américains prétendent aujourd’hui que l’URSS mène une guerre météorologique avec les ondes “ Extra Low Frequency ” de Tesla,… mais le fameux plan HAARP dont l’émetteur principal est  à Daytona (Alaska), c’est quoi, si ce n’est du pur Tesla ?

La station expérimentale de Colorado Spring

Ce fut le laboratoire le plus gigantesque, le plus ambitieux et le plus fou de Tesla. Grâce à un don de 30 000 dollars et un prêt de 10 000 dollars, Tesla construisit une antenne pour transmettre de la TSF Mondiale ainsi que de l’énergie électrique sans fil en abondance et à bon marché.
Il y installa une bobine primaire de 15 m de diamètre. La bobine secondaire était reliée à un mât de 60 m se terminant par une boule de 90 cm de diamètre. On était en 1899.
Lorsqu’il passa aux essais, la foudre explosa au-dessus de la station. Des éclairs éclatèrent de toutes parts avec une odeur d’ozone. La foudre jaillit en permanence à 40 m au-dessus.
A ce moment, celui-ci se mit à développer des potentiels électriques faramineux aux possibilités illimitées : le trop plein d’énergie échappait sous forme d’immenses étincelles et d’effets corona bleutés.

La tour de Wardencliffe

La découverte la plus puissante de Nikola Tesla fut que l’énergie électrique pouvait être propagée à travers la Terre et autour de celle-ci dans une zone atmosphérique, appelée la cavité de Schumann, comprise entre la surface de la planète et l’ionosphère, à environ 80 km d’altitude. Des ondes électromagnétiques de très basses fréquences, autour de 8 Hz (la résonance de Schumann ou pulsation du champ magnétique terrestre), se propagent pratiquement sans perte vers n’importe quel point de la planète. Par ses découvertes Tesla donnait accès gratuitement à une énergie Universelle omniprésente pour tout quidam équipé d’un récepteur accordé adéquat.

Ce système peut être décrit en langage simple : entre la surface de la terre et la plus haute atmosphère existe un potentiel électrique de quelque 2 milliards de volts. Ce vaste réservoir d’énergie inépuisable nous montre la puissance de son énergie disponible fugitivement par les 100 coups de foudre qui frappent la terre chaque seconde.
Tesla a simplement inventé un système pour capter l’électricité de ce vaste réservoir d’énergie. Tesla démontra cet effet en transportant à la main une ampoule accordée qui peut être allumée sans aucun fil de connexion. La même technologie peut alimenter en énergie des autos, des bateaux, des avions, des maisons, des usines et des systèmes de communication.

Ce projet grandiose  put être mis en œuvre grâce à John Pierpont Morgan, magnat de l’acier, grand banquier, roi du charbon, cheik du pétrole, prince du chemin de fer, qui convoitait le monopole mondial de la TSF. Une tour de 57 m au-dessus d’une tige enterrée de 36 m de profondeur dans un puits charpenté de 3,60 m2. Le sommet était une coupole de cuivre faisant effet d’émetteur amplificateur. L’architecte Stanford White construisit une magnifique et imposante ossature de ce qui devait arroser gratuitement le monde en énergie électrique naturelle.

Mais Tesla avait passé sous silence la possibilité de transporter sans fil l’énergie électrique sur toute la planète. Lorsque Morgan  réalisa que l’électricité serait gratuite pour tous, ses subsides se firent de plus en plus réticent et se firent attendre et ne suffirent plus, faisant tomber à l’eau ce rêve peut-être irraisonnable puisque aux mains d’un seul détenteur planétaire. La Tour sera démolie en 1917, et des millions de lignes électriques couvrirent graduellement tous les continents.

En conclusion

Il est impossible de faire le tour de l’œuvre de Tesla tellement elle est dense. Lorsque des gens lui demandaient où il allait chercher tout cela, il répondait plaisamment : “Ce sont mes amis extra-terrestres”. On en riait. Mais plaisantait-il vraiment ?
Quand il mourut, sa succession comportait quelque 100.000 documents écrits en 5 langues, et elle comprenait 1.3718 pages de matière biographique, 75.000 pages de lettres à 6.900 correspondants, 34.552 pages d’articles scientifiques, de notes, de croquis, d’articles et de brevets ; tous ses diplômes, ses distinctions honorifiques scientifiques et des coupures de journaux. Il y avait 5.297 pages de dessins techniques et de plans et plus de 1.000 photos.
Toutes ces choses se trouvent maintenant au musée Nikola Tesla dans la rue de la Brigade Prolétarienne à Belgrade en Yougoslavie.

Mais l’homme était devenu trop dangereux ; aussi il fut écarté de la scène. En 1895, il était une super star de la science, en 1917 il était « grillé », et son nom fut rayé des livres d’histoire, et même des dictionnaires,… ce qui valide le proverbe : « On a toujours tort d’avoir raison trop tôt ».
De même que le nom de Pasteur a occulté celui du prestigieux Béchamp dans l’histoire de la médecine sur les livres scolaires, celui d’Edison a injustement occulté celui du grand Tesla qui termina sa vie à New York dans la pauvreté en 1943 à l’âge de 86 ans.

Un film reportage rare sur Nikola Tesla
(46 min)

Un livre :

TESLA : La passion d’inventer
de Margaret Cheney

EDITIONS BELIN
Collection «Un savant, Une époque»

Lire aussi : Antioxydants : abus dangereux !