Aller à…
=> CANCER : Téléchargez 2 livres gratuitementRSS Feed

Fabriquer son propre Argent Colloïdal avec le Collargyr


Enfin un appareil construit en France pour obtenir facilement chez soi de l’argent colloïdal, et de plus, entièrement automatisé pour sécuriser la précision du produit obtenu.

Quelle eau utiliser ?

De même que pour tous les appareils qui fabriquent de l’argent colloïdal, il convient d’utiliser uniquement de l’eau DISTILLÉE. Celle-ci s’achète en pharmacie. L’eau d’osmose inverse ne convient pas. En cas de difficulté d’achat d’eau distillée, il existe des appareils pour distiller l’eau (voir sur Internet).

Qualité de l’argent colloïdal

Plus les particules sont petites et plus l’argent colloïdal est efficace ; plus elles sont fines et moins elles s’agglutinent. Afin d’éviter cet effet « boule de neige », le COLLARGYR utilise des courants de très basse tension de l’ordre de quelque volts, donc inférieurs aux tensions habituelles à cet usage. La conséquence est que la réaction est plus lente, mais génère des particules d’argent de l’ordre de 2 à 3 nanomètres au lieu des 10 à 50 nm habituels.
L’inconvénient de ce choix est que l’appareil amorce difficilement l’électrolyse, ce qui fait que le système de surveillance l’arrête au bout de 5 minutes. Pour éviter cela, il convient d’ajouter au départ, l’équivalent d’une cuillère à soupe d’argent colloïdal déja prêt, dans l’eau distillée.
Aussi, pour le premier emploi, Valémis fournit un petit flacon d’argent colloïdal pour l’amorçage électrolytique…
Il est donc prudent de vérifier, au bout de 3 ou 4 minutes, que l’appareil ne s’est pas arrêté.
Lorsque vous goûtez le produit obtenu, il doit avoir un léger goût métallique.

Des électrodes spéciales

L’argent utilisé pour les électrodes est d’une exceptionnelle pureté, puisqu’il titre à 99,99%. Il faut savoir que les électrodes des appareils courants titrent habituellement à 99,90%, ou au mieux 99,95. Or, les 0,10% restant sont composés d’impuretés métalliques résiduelles telles que du cuivre, du plomb, du bismuth et quelques produits qui sont utilisés pour l’élaboration de l’argent. La partie électronique de l’appareil a été spécialement conçue et adaptée pour travailler avec cet argent très purifié (malheureusement plus cher surtout avec l’envolée des cours).

L’arrêt automatique à la concentration désirée

Le COLLARGYR est muni d’un système de détection de haute précision qui arrête réaction à la concentration voulue, qui est généralement de 5 ppm. Donc, pas besoin de compte minute, pas de risque d’oubli d’arrêt de l’électrolyse entraînant un dépassement de la concentration optimum vers des zones toxiques.

Argent et mercure

Il est bien connu que l’argent et le mercure ont une grande affinité; d’ailleurs, les amalgames dentaires classiques (plombages) sont composés d’alliages contenant entre autres du mercure et de l’argent. Or, l’on a pu constater récemment que cette affinité crée un tropisme réciproque au niveau cellulaire; ce qui fait que l’argent sous forme colloïdale se comporte comme un excellent chélateur du mercure.
La preuve est que l’on retrouve du mercure dans les urines des personnes mercurisées qui prennent cet argent colloïdal. Voila donc en plus des multiples applications connues surtout anti-infectieuses de l’argent colloïdal, (voir mon répertoire des grands remèdes sans chimie pages 80 – 81) un volet inattendu bien utile pour beaucoup d’entre nous.

Vous pouvez vous procurer le Collargyr (325€ + 4.50 € de port)

Tél.  02 47 91 54 57

[email protected]
ou : www.arktikaia.com

 

L’Argent Colloïdal : un antibiotique universel

En référence aux communications scientifiques médicales, l’argent colloïdal peut se rapprocher de l’action d’un antibiotique à large spectre. Sa présence initie une enzyme, laquelle agit localement  envers chaque bactérie, chaque unicellulaire, chaque champignon et chaque virus par modification de leur équilibre acido-basique, et y installe une résistance externe. Par là, ces organismes deviennent inactivés dans un temps de contact  d’environ 6 minutes, parfois moins. Ils régressent dans leur cyclogénie, puis meurent. Cela a été vérifié par le laboratoire de UCLA (Université d’Etat de Californie) et par les travaux du Dr. Robert O’Becker, Centre Médical Universitaire de Syracuse (NY, USA).

Les microbes polymorphes, ainsi que les mutants, sont également sensibles à ce colloïde.
La majorité des antibiotiques, sur prescription médicale, ne tue qu’une partie des agents causant des maladies, alors que l’argent colloïdal est efficace contre environ 650 maladies (travaux du Dr. Henri Crooks).

Les vétérinaires trouvent là une solution pour le parovirus du chien et d’autres maladies des petits et gros animaux. La solution d’argent colloïdal est utilisable aussi bien comme traitement curatif que comme prophylactique  (préventif). Ce bouclier naturel renforce les défenses de l’organisme.

Comment utiliser l’argent colloïdal ?

En usage interne :
Adultes : 1 cuillère à soupe(1 cuillère = 5ml) 3 à 4 fois par jour, garder quelques minutes en bouche avant d’avaler.
Enfants : 1⁄2 cuillère à café à 1 cuil à café selon l’âge, 3 à 4 fois par jour.

En usage externe :
– Appliquer directement sur les plaies ou abrasions de la peau, contre l’eczémas, brûlures, piqûres de moustiques l’acné, les verrues, les mycoses et les plaies ouvertes
– En vaporisations, pour le nez et la gorge.
– En inhalations, pour les problèmes pulmonaires.
– En lavements intestinaux ou vaginaux : ajouter 2 cuillères à café dans l’eau de lavement.
– En gargarismes dans les maladies septiques de la bouche (pyorrhées, amygdalites, aphtes), et contre toutes les inflammations de la cavité buccale.

– Yeux : 1 goutte dans chaque oeil, plusieurs fois par jour contre les états inflammatoires  et irritatifs (conjonctivites). Les lentilles de contact ne sont pas un obstacle.
– Oreilles : quelques gouttes dans les oreilles.
– Sinus infectés : vaporisation ou gouttes dans le nez.
– Purifier l’eau de boisson : mettre 1 cuillère à café d’argent colloïdal par litre d’eau et attendre 10mn avant de la boire.
– Animaux : quelques gouttes sur les zones atteintes (parasites).
– Plantes : en vaporisation pour combattre les attaques de bactéries, virus et champignons, et à ajouter en plus à l’eau d’arrosage (1 cuillère à soupe pour 250ml d’eau).

Rappel des multiples applications

Abcès, Acné, Allergies, Amygdalites, Angines, Aphtes, Arthrite, Asthme, Blessures, Bronchite, Brûlures, Candidose Cellulite, Choléra, Colite, Conjonctivite, Coups de soleil, Dents caries, Diabète, Diarrhée, Eczéma, Fatigue chronique, Fibromyalgie, Foie affections, Gale, Gencives parodontite Grippes, Hépatite C, Herpès, Hidrosadénite, Infection de l’estomac, Infections cutanées Infection des poumons, Intoxication alimentaire, Kystes, Lèpre, Levures, Lyme (maladie de), Crohn (maladie de) Malaria, Haleine mauvaise, Moisissures, Mycoses, Oreilles : otite, Pancréatite, Pellicules, Peste bubonique, Plaies, Pneumonie, Reins infections, Rhumes Saignements, Sclérose en plaques, Sida, Sinusite, Soins du cuir chevelu, Stérilité, Teigne, Ulcères d’estomac, Varicelle, Verrues, Vessie inflammation, Voies urinaires, Yeux inflammation Zona