Aller à…
RSS Feed

L’incontournable grand oxygénant cellulaire : la chlorophylle concentrée


CHLOROPHYT

(Chlorophylle concentrée)
Grand oxygénant cellulaire

La chlorophylle est le merveilleux pigment du monde végétal qui fabrique l’oxygène de la planète ainsi que du fructose par la fameuse photosynthèse à la lumière du jour à partir du gaz carbonique atmosphérique et de l’eau. Elle réside non seulement dans les feuilles des arbres et toutes les herbes mais aussi dans le plancton et les algues de toutes les mers.

Absorbée fraîche par les animaux (et les humains), la chlorophylle assure une bonne oxygénation au niveau cellulaire et empêche la lente hypoxie qui génère les terrains putrides (maladies en « ose »), dont l’acidose, lit du cancer.

La molécule de chlorophylle ressemble à un anneau dont le centre est composé de magnésium pendant que l’hémoglobine du sang (en particulier l’hémine) avec une structure moléculaire identique, présente un noyau de fer. Curieusement, la couleur VERTE de la chlorophylle est la couleur complémentaire du ROUGE du sang.

Un grand régénérateur du sang

Une fois avalée, la chlorophylle passe rapidement dans le sang. Aussi est-elle la source immédiate et naturelle de minéraux la plus élevée et la plus efficace. Ces minéraux très ionisés par certaines enzymes, créent des liaisons privilégiées avec les vitamines et les acides aminés de l’organisme. C’est le cas en particulier des ions de calcium Ca++ et de magnésium Mg++, indispensables à la plupart des métabolismes.

Hélas, la chlorophylle absorbée sous forme de légumes verts, d’algues, etc., est assez inefficace car elle reste enfermée pour la plupart dans les parois cellulosiques des plantes, par ailleurs, fortement liée aux protéines. Même sous forme de suc végétal pur, elle reste encore peu active.

Par contre, absorbée PURE concentrée, elle se comporte comme un puissant générateur sanguin favorisant notamment la formulation de l’hémoglobine. C’est une sorte de transfusion végétale avec conversion d’un sang vert en sang rouge, accompagnée d’un apport d’énergie vitale universelle.

Ceci explique en partie son pouvoir singulier de régénération, en particulier dans l’anémie, en plus de son apport énergétique considérable. D’autre part, la chlorophylle ayant, nous l’avons vu, la capacité de convertir le gaz carbonique en oxygène, amène ainsi une oxygénation supplémentaire à l’état ionique au niveau des tissus organiques.

Il s’en suit alors une augmentation du rendement énergétique global de tous les métabolismes, une stimulation de toutes les guérisons et en particulier une activation des cicatrisations.

Enfin, elle intervient dans la synthèse de la vitamine A, dont on connaît le rôle antioxydant et anti radicalaire.

Applications en usage interne

* Hypoxie cellulaire (carence d’oxygène)

Chez une personne en bonne santé, il est évident que l’exercice au grand air, à la campagne, en forêt ou à la montagne, dans un air pur et bien ionisé, apporte une dynamique respiratoire capable d’alimenter correctement tout l’organisme en oxygène. Mais ceci devient insuffisant lorsque les tissus et le sang sont trop intoxiqués pour assurer une conduction correcte de l’oxygène jusqu’au sein des cellules.

C’est là que la précieuse chlorophylle peut venir rattraper la situation en amenant directement sur les sites carencés l’oxygène manquant. Or il est bien connu que les cellules cancéreuses se sont mises en mode survie face à une sous oxygénation installée due à une grande toxémie latente. Et c’est pour cela que je considère la chlorophylle concentrée comme un excellent adjuvant de base dans le traitement des cancers.

Mais voici que l’installation en force de la 5X vient aggraver les choses. Rappelez-vous la Newslettre où j’avais publié un graphique montrant qu’une des hyperfréquences sélectionnées pour la 5X – le 60 gigaHertz – est justement la fréquence propre de résonance de l’oxygène, le rendant partiellement incompatible pour son transport par l’hémoglobine. Le fait d’avoir relevé une proportionnalité entre la densité réseau 5X et celle des victimes du Conard V sur les sites les plus touchés tend à montrer son effet catalyseur en faveur du Cov 19. Ceci m’a en outre valu un nombre important de désabonnements à ma lettre…

Qu’importe, pourtant j’ai eu depuis le plaisir de constater que de plus en plus de déclarations scientifiques et d’études confirment la fragilisation de la santé et la sous oxygénation des populations exposées à la 5X (qui d’ailleurs commence à faire l’objet de nombreuses destructions des antennes.)

En attendant, avant que nous soyons tous plus ou moins en situation de sous oxygénation (hypoxie partielle) par la tentative de généralisation des réseaux 5X, la chlorophylle concentrée peut offrir une béquille intéressante de compensation provisoire.

* Fermentations intestinales

Dans notre société où l’on utilise largement les antibiotiques, les hormones, les corticoïdes et les immunodépresseurs, les fermentations mycosiques (Candida albicans) sont très fréquentes.

Ces infections sont très résistantes et difficiles à traiter. Dans la nature, la chlorophylle est l’arme principale qu’utilisent les plantes vertes pour se défendre contre les moisissures. La chlorophylle par voie interne produit les mêmes effets chez l’homme aussi ; elle est particulièrement indiquée pour le muguet (de la bouche), les mycoses vaginales, en relation avec le Candida albicans, et de source digestive.

* Neutralisation des toxines

La chlorophylle neutralise les toxines bactériennes, même celles des staphylocoques dorés ou du Clostridium perfringens qui retardent les processus de cicatrisation.

Une étude de 400 cas de plaies infectées traitées par la chlorophylle a montré la stimulation de régénération par un bourgeonnement actif et une épithélialisation de façon bien meilleure qu’avec tous les autres agents essayés. Toutes les études chimiques ont montré que la chlorophylle s’adaptait à toutes les formes de lésions dermatologiques, y compris les lésions gingivales.

* Le retour à l’équilibre de la bouche au rectum

Une des principales propriétés de la chlorophylle est de rétablir l’équilibre acido-basique. Or, une acidité tissulaire importante est souvent la cause principale des échecs des traitements, en particulier homéopathiques et phytothérapiques.

La chlorophylle améliore le péristaltisme de l’estomac et de l’intestin, augmente la lubrification des valves œsophagiennes, pylorique et iléo-cæcale pour un meilleur passage du bol alimentaire en réduisant les gaz et les acides. Par ce fait, elle fait disparaître les distensions abdominales digestives après les repas, cicatrise les ulcères gastriques et duodénaux, réduit les formations ulcératives, les hémorroïdes, les irritations rectales, et protège le foie.

* L’augmentation des défenses

La chlorophylle protège l’organisme contre la pollution.

Elle augmente la résistance cellulaire contre différents germes (staphylocoques, streptocoques).

On peut l’utiliser contre la conjonctivite, les otites chroniques, la pyorrhée alvéolaire, suite aux extractions dentaires, dans les rhumes, sinusites, angines, bronchites, abcès, vaginites, et toutes inflammations infectieuses.

* Etudes sur l’action anti-anémique

Les animaux rendus anémiques (réf : Recherches sur l’anémie provoquée, essais de thérapeutique expérimentale de Binet et Stunza, 1937). Par exemple, des lapins anémiques dont l’alimentation est suppléée en chlorophylle, récupèrent totalement en 14 jours contre 23 jours chez les contrôles de base.

D’autres études chez les animaux anémiques traités par la chlorophylle (0,05 g/kg) montrent 70 à 83 % d’augmentation des globules rouges, avec normalisation du taux d’hémoglobine en 10 à 16 jours.

Tous les types d’extraits de chlorophylle pure ont montré ces effets anti-anémiques.

Le fait d’ajouter du fer biodisponible augmente encore la rapidité de cet effet.

Ces expériences ont été confirmées par plusieurs chercheurs (Bereskov, Petrvas, Isotfva en 1980, Levshin 1958, Kelentri, Fekete Kun 1958, Borisenko, Sofonova 1965).

* Gaz et mauvaises odeurs

La chlorophylle réduit la production des gaz et des toxines d’origine digestive, ce qui est très utile dans les cas d’haleine forte, de relents alimentaires (ail) et même d’odeurs menstruelles. En outre, on a introduit depuis fort longtemps de la chlorophylle dans les désodorisants corporels ainsi que pour les hyperhidroses axillaires et plantaires.

* Incontinence fécale ou urinaire

Il suffit de 200 mg par jour de chlorophylle pour faire disparaître les mauvaises odeurs chez les personnes ayant eu une colostomie, cela sans aucun effet secondaire.
Les mêmes posologies sont efficaces pour contrôler les odeurs liées à l’incontinence urinaire ou fécale.
Ces odeurs disparaissent en une semaine de traitement, et le maintien du traitement permet de maintenir cet effet à long terme.
La chlorophylle a été reconnue sans danger et efficace par la Food and Drug Administration (FDA).

* Nouvelles applications

En 1980, le Dr Yoshida a publié au Japon une étude sur le traitement de la pancréatite chronique par la chlorophylle.
Les lésions étant liées à des modifications induites par des enzymes, la chlorophylle s’avère capable de modifier différentes réactions enzymatiques. Statistiquement, la douleur disparaît dans plus de 80 % des cas.
Les effets antimutagènes de la chlorophylle ont aussi été étudiés. Elle s’est révélée très active contre de nombreux carcinogènes lors des tests.
La prise orale de chlorophylle augmente le nombre de leucocytes chez les enfants souffrant de leucopénie.
Dans certains cas, la chlorophylle peut prévenir la chute des leucocytes, mais aussi, combinée avec des traitements traditionnels, améliorer les résultats du traitement des thrombocytopénies. Aussi, la chlorophylle a été utilisée pour prévenir et traiter la leucopénie liée à une chimiothérapie ou une radiothérapie.

Applications en usage externe

C’est un des agents naturels les plus efficaces pour nettoyer et désodoriser les plaies nécrotiques (tissus gangreneux, brûlés, etc.).

La chlorophylle accélère la régénération des tissus conjonctifs, par exemple dans le cas d’ulcère diabétique des jambes. De plus, elle absorbe les toxines et les odeurs.

On peut l’utiliser aussi dans les dermatites séborrhéiques, les neurodermatites, l’eczéma suintant, l’impétigo contagieux, les parasites fongiques, les champignons pyogéniques, les infections vaginales à Candida albicans, les brûlures, ulcères et plaies en tous genres, et le psoriasis.

Indications générales


En usage interne

              • Abcès
              • Acidité gastrique  
              • Acido-basique : déséquilibre
              • Anémie
              • Colite ulcérative
              • Colostomie (anus artificiel) : odeurs
              • Constipation (relance le péristaltisme intestinal)
              • Digestion : problèmes
              • Distension digestive de l’abdomen
              • Fermentations intestinales mycosiques (candidas)
              • Gaz intestinaux
              • Haleine fétide et Mauvaises odeurs
              • Hémoglobine et globules rouges : stimule la production
              • Hémorroïdes
              • Immuno-insuffisance
              • Incontinence urinaire ou fécale (odeurs)
              • Inflammations infectieuses (toutes)
              • Leucopénie suite chimio ou radiothérapie
              • Muguet (champignons dans la bouche)
              • Mycose vaginale
              • Mycoses en général
              • Otite chronique
              • Oxygénation cellulaire : dans les Cancers – Sida – Arthrose
              • Pancréatite chronique
              • Pyorrhée alvéolaire (dents)
              • Rectum : irritation
              • Rhume 
              • Sang : formule altérée
              • Toxines des staphylocoques dorés, streptocoques, clostridium : neutralise
              • Ulcère gastrique et duodénal
              • Vaginite
              • Valves œsophage, pylore, et iléo-cæcale : lubrifie 

En usage externe

              • Champignons pyogéniques
              • Cicatrisations : active
              • Circulation locale : accélère
              • Dermatite séborrhéique
              • Eczéma suintant
              • Impétigo contagieux
              • Infection vaginale à candidas
              • Neurodermite
              • Parasites anaérobies
              • Plaies nécrotiques (gangrène – brûlures – ulcères…) : nettoie
              • Plaies : neutralise la fibrine de protection des bactéries
              • Psoriasis
              • Ulcère diabétique des jambes

Mode d’emploi

. Plaie : ouvrir une gélule de Chlorophyt – saupoudrer la chlorophylle sur la plaie, 2 fois par jour et mettre un pansement dessus.
. Dermatoses : Ouvrir une gélule dans un peu de vaseline et enduire la zone atteinte 1 fois par jour.

NOTA L’efficacité est augmentée en adjoignant le traitement interne. 

CHLOROPHYT : une composition d’efficacité maximum
              • Concentré de chlorophylle d’ortie 80%
              • Aloé vera 20%

Posologie

En interne

              • Généralement : 1 gélule pendant les 3 repas
              • Action anti-odeurs : 2 gélules le soir.
              • Candidose ou mycose intestinale : 2 gélules matin et soir.
              • Fatigue et anémies rebelles : 2 gélules matin et soir.
              • Dermatoses : 2 gélules matin et soir pendant 5 semaines, puis 2 gélules le soir pendant 2 mois.


En externe

              • Ouvrir une gélule dans de la vaseline et appliquer (très actif dans les eczémas), 2 fois par semaine
              • Ouvrir 2 à 3 gélules dans un bain de 20 minutes.

Commande