Aller à…
RSS Feed

Calmeris


puissant phyto-antalgique non chimique

Paracétamols : rois de la douleur en médecine officielle

Qui n’a pas du DOLIPANE dans sa pharmacie familiale ? Quel pharmacien, quel médecin ne vous conseille pas ou ne vous prescrit pas Doliprane ou équivalent ? Même les hôpitaux mettent des paracétamols dans les perfs pour parer aux douleurs moyennes.

J’ai personnellement eu l’occasion de faire connaissance avec EFFERALGAN, l’un des paracétamols qu’un médecin protocolaire m’avait prescrit, alors que j’étais bloqué au lit avec un méchant lumbago ; cela m’a mis dans un tel état nauséeux avec une “gueule de bois” comme après une mauvaise cuite, que je ne pouvais plus rien manger, rien digérer – Merci docteur !

Pourquoi un tel engouement pour ce produit sous brevet de Sanofi et UPSA qui se partagent la vente de 422 millions de boites par an de Doliprane / Efferalgan, soit près de 14 boites par seconde ? Un gigantesque matraquage publicitaire, bien sûr ! Pourtant ce type de médicament est loin d’être tout blanc ; il se dit même que si le paracétamol était un nouveau médicament à lancer, il n’obtiendrait pas son AMM (autorisation de mise sur le marché), car en réalité il fait des dégâts et même des morts – mais on n’en parle pas….

Connaissez-vous la différence entre un antalgique et un analgésique ? Contrairement aux antalgiques qui ne font qu’atténuer la douleur, les analgésiques ont la capacité d’effacer totalement la douleur. Or sachez que le Doliprane n’est qu’un antalgique.

Savez-vous que les femmes qui prennent plus de 15 comprimés de paracétamols par semaine, auraient une augmentation de 63% de risque de crise cardiaque ? Alors que 15 comprimés par semaine est deux fois moins que le maximum recommandé. Par ailleurs, d’après une revue d’études publiée dans « Annals of the Rheumatic Diseases », la prise de paracétamol aux doses actuellement conseillées augmente de 23 % le risque de mortalité chez les hommes comme chez les femmes.

La phyto au secours du naturel

Si Big Pharma fait une guerre sans merci aux médecines par les plantes, c’est que le vivant n’est pas brevetable donc pas suffisamment rentable. Le problème est que les molécules chimiques ne sont pas reconnues par le vivant soit parce qu’elles n’existent pas dans la nature, soit parce qu’elles sont séparées de leur milieu naturel parfaitement équilibré…

Je tiens à tirer ma révérence à la mémoire de feu Jean Palaiseul – écrivain médical – qui a été dans les années 70 l’un de mes premiers initiateurs sur le chemin de la santé indépendante par son passionnant ouvrage “NOS GRAND-MÈRES SAVAIENT”. Oui, elles savaient de mères en filles comment parer aux premières urgences et aux bobos courants de la vie car elles avaient appris l’autonomie, alors que les femmes actuelles, elles, ont surtout appris l’assistanat.

De son côté Maria Treben, célèbre guérisseuse autrichienne, avait probablement trouvé le meilleur titre possible lorsqu’elle a baptisé son ouvrage central devenu un best-seller (4 millions d’exemplaires) “La pharmacie du Bon Dieu”. La nature nous offre absolument tout ce qu’il faut pour soigner nos maladies, ce qui ne veut bien sûr pas dire que toutes les plantes soient utiles à la santé, certaines étant même de dangereux poisons. Mais la dictature pharmaco-chimique a tout fait pour effacer cela de la mémoire collective en supprimant déjà la gênante profession d’herboriste. C’est ainsi que depuis maintenant près d’un siècle, le peuple a subi une véritable confiscation progressive des cadeaux de la Nature.

L’inflammation est presque toujours associée à la douleur

C’est pour cela que la médecine est aussi prompte à prescrire des antis-inflammatoires ; dommage qu’elle recherche rarement la cause première de l’inflammation, ceci laissant souvent le problème récurrent. Or la vision holistique tient compte de tous les paramètres internes et externes (physiques, psychologiques, génétiques, environnementaux, vibratoires, familiaux, socio-professionnels, chocs événementiels, pollutions, etc.). C’est pour cela que la composition phyto de Calméris associe dans sa formule des plantes ciblant la cause physique et des plantes ciblant la cause psychique.

Voilà qui explique le choix de la composition globale dont Calméris a fait l’objet avec l’association synergique de 8 plantes complémentaires permettant de travailler sur différents plans. Il s’agit de Boswellia serrata, Saule blanc, Reine des près, Grande Camomille, Guarana, Safran, Sureau, Cassis.

Propriétés détaillées des composants

¤ Boswellia serrata

Le Boswellia est couramment nommé “L’arbre à encens”. Il existe une vingtaine d’espèces de Boswellia arbres ou arbustes localisés en Asie et en Afrique. Ils produisent une résine aromatique. Ce sont les vertus anti-inflammatoires de l’encens serrata indien qui ont fait sa renommée en médecine ayurvédique, notamment pour soulager les douleurs inflammatoires pouvant entraîner les problèmes suivants :

        • Acné
        • Arthrite
        • Arthrose
        • Asthme
        • Bronchite
        • Déprime
        • Furoncles
        • Gastrite colite
        • Maladie de Crohn
        • Mycoses
        • Pneumopathies
        • Polyarthrite rhumatoïde

 

¤ Saule blanc (salix alba)

Grand antalgique naturel – Sédatif – antispasmodique – fébrifuge

Sa molécule active est l’acide salicylique que l’industrie pharmaceutique a synthétisée avec l’acide acétylsalicylique qui est la fameuse aspirine (brevetable !). Mais la différence est que l’aspirine attaque l’estomac alors que le saule blanc ne le fait pas – pourquoi ? Parce que la molécule synthétisée n’est qu’une variété allotropique et de plus isolée de son milieu naturel.

On utilise l’écorce du saule blanc pour faire une décoction dont les applications sont les suivantes :

        • Arthrite
        • Aspirine naturelle
        • Diarrhée chronique
        • Estomac : dyspepsie
        • Fièvres intermittentes
        • Gastralgies
        • Grippe
        • Hémorragies : stoppe
        • Nervosité
        • Névralgies
        • Plaies (cps de décoction)
        • Rhumatismes
        • Rhumatisme articulaire aigu (RAA)
        • Ulcères (cps de décoction)
        • Ulcères variqueux (cps de décoction)

 

¤ Reine des prés (spiraea ulmaria)

Autre aspirine naturelle – anti-inflammatoire – antalgique – sudorifique – antistress

On utilise les sommités fleuries en infusion dont les applications sont les suivantes :

        • Artériosclérose
        • Cellulite
        • Coeur : tonicardiaque
        • Cystite
        • Fièvres
        • Goutte (+ cps d’infusion in situ)
        • Gravelle (calculs)
        • Grippe
        • Insomnies
        • Nervosisme
        • Œdèmes
        • Refroidissements
        • Rhumatismes
        • Stress

 

¤ Guarana (paullinia cupana)

Plante stimulante d’Amazonie bien connue

On utilise les graines en poudre pour :

        • Apporter le bien-être mental
        • Augmenter la force et l’endurance
        • Augmenter le métabolisme général
        • Augmenter les défenses immunitaires
        • Booster la concentration
        • Réduire la fatigue physique et morale
        • Tonifier le corps et l’esprit

 

¤ Safran (crocus sativus)

Antispasmodique – adaptogène – apporte, dit-on, la gaité et la sagesse

Les stigmates (pistil) de la fleur sont utilisés en particulier pour :

        • Douleurs pelviennes
        • Nervosité
        • Règles douloureuses
        • Spasmes bronchiques

 

¤ Sureau noir (sambucus nigra)

Diurétique puissant – Sudorifique

On utilise l’infusion de fleurs pour :

        • Catarrhe pulmonaire
        • Fièvres éruptives
        • Goutte
        • Lithiase urinaire
        • Néphrite
        • Rétention d’eau
        • Rhumatismes
        • Rhumes

 

¤ Cassis (ribes nigrum)

On l’utilise en infusion de feuilles fraîches ou en décoction de feuilles sèches .

Diurétique – Anti-inflammatoire – Astringent – Sudorifique – Désinfectant puissant – Draineur général

        • Acide urique
        • Angine
        • Capillaires : fragilité
        • Diarrhée
        • Endocrines : insuffisance
        • Foie : paresse
        • Rate : faible
        • Rhumatismes
        • Urémie

 

¤ Grande Camomille (tanacetum parthenium)

Principe amer – Antispasmodique – Relaxante – Anti parasitaire

On utilise les sommités fleuries en infusion pour

        • Céphalées
        • Douleurs cérébrales

Qualité – Conditionnement

Calméris est un produit 100 % végétal, récolté et réalisé en France et labellisé “Agriculture Biologique” par Ecocert, organisme indépendant. Aucun excipient n’a été ajouté.

Afin d’être cohérent avec la certification biologique, les gélules ne sont pas à base de gélatine animale (porc), mais en HPMC dérivé de la cellulose.

Indications générales de Calméris

        • Algo dystrophies
        • Arthrites
        • Bronchites
        • Céphalées
        • Colites
        • Cystite
        • Dorsalgies
        • Douleurs inflammatoires : toutes
        • Gastrites
        • Inflammations
        • Lumbagos
        • Névralgies
        • Névrites
        • Œdèmes
        • ORL : inflammations
        • Polyarthrite rhumatoïde
        • Rhumatismes
        • Rhumes à répétition
        • Sciatique
        • Sinusites
        • Stress entretenu

Posologie

2 gélules aux 3 repas

Commande :

http://www.source-claire.com/complements-alimentaires-source-claire/1012-calmeris-30-gelules.html