Aller à…
Michel Dogna on PinterestRSS Feed

Plutôt que de prendre un “coup de vieux”, optez pour un coup de jeune !


SECONDE JEUNESSE

Nous allons voir aujourd’hui une maladie qui fait des ravages
parmi les seniors du 3ème âge : c’est L’HELLEPATHIE
– Eh oui ! Hellépathie ta jeunesse !…

« Seconde jeunesse » est une formulation (pour hommes et femmes) qui vise 4 actions :

        • Lutter contre la fonte musculaire liée à l’âge (sarcopénie).
        • Rajeunir les mitochondries (micro- centrales d’énergie au sein de nos milliards de cellules).
        • Augmenter le taux de testostérone (tout en restant dans les limites physiologiques raisonnables).
        • Remodeler doucement votre silhouette.

Fonte musculaire liée à l’âge

Faute d’entretien minimum, notre force musculaire diminue d’environ 15 % par décennie entre 30 et 80 ans. Alors qu’à 30 ans notre masse musculaire représente 45 % du poids corporel, à 70 ans elle n’est plus que de 27%. L’étude « Framingham » a montré que 65 % des femmes âgées de plus de 75 ans sont incapables de soulever une charge de 4,5 kg !

C’est autant un problème de masse musculaire que de force musculaire. Les muscles des membres inférieurs sont en général plus touchés que ceux des membres supérieurs.
Entre 70 et 90 ans, la force des muscles fléchisseurs du genou décroît selon les cas de 25% à 80%. C’est autant un relâchement des muscles qu’une diminution de la vitesse de contraction.

Par ailleurs, avec l’âge, les seniors assimilent moins bien les protéines, et la capacité de l’organisme à les synthétiser diminue. La masse musculaire est un indicateur des capacités d’autonomie. Différentes études montrent que la dénutrition multiplie jusqu’à 4 fois le risque de mortalité. Le premier but de Seconde Jeunesse est de tenter de pallier à cette carence d’assimilation.

Pour tout cela, il a été introduit dans sa composition des trésors anti-âge dont certains très peu connus :

¤ De la citrulline

Il s’agit d’un acide aminé qui n’entre pas dans la composition des protéines mais qui agit sur le métabolisme protéique (catalyseur). Elle est également le seul acide aminé à ne pas être capté par le foie, et échappe donc à l’extraction des acides aminés alimentaires par l’intestin et le foie pour leurs besoins propres. Normalement, la citrulline est fabriquée par l’organisme, mais avec l’âge le corps en produit de moins en moins.

La synthèse protéique musculaire s’accompagne normalement d’une fonte de la masse grasse abdominale. De nombreuses études démontrent l’intérêt d’un apport de citrulline dans le cadre de la fonte musculaire.  Son action rend service aussi dans le cadre de l’asthénie.  Au cours d’un exercice physique, elle augmente la formation de l’ATP, diminue la concentration sanguine de l’ammoniac, diminue la sensation de fatigue et améliore donc la performance.

Chez l’être humain, la moyenne des études cliniques s’accorde sur une augmentation de 25 % de la synthèse protéique musculaire. L’apport de citrulline s’associe bien sûr avec une activité physique régulière : 30 minutes à une heure chaque jour (marche, vélo, etc.), légèrement tonique et sans forcer.

¤ De l’acide ursolique

Il s’agit d’un acide présent dans les feuilles de néflier, qui est une petite merveille de la nature ; voyons d’abord ce que nous pouvons espérer de ce bienfaiteur.
C’est un anti-inflammatoire et un anticancéreux. Ainsi :

o   Il bloque la production de COX 2 (pro-inflammatoire) par les cellules cancéreuses (rappelons que le cancer a besoin d’inflammation pour se multiplier).

o   Il induit l’apoptose (mort cellulaire programmée) des cellules cancéreuses, il déclenche la mort des cellules tumorales ou participe à leur destruction au premier stade du cancer.

o   Il protège des effets secondaires liés aux chimiothérapies et radiothérapies.

o   Il a une activité antivirale, antimicrobienne et immunostimulante.

o   Il a un effet protecteur vis-à-vis de la maladie d’Alzheimer en inhibant l’enzyme qui détruit l’acétylcholine.

o   Enfin, il protège la peau du photo-vieillissement et inhibe puissamment l’élastase, enzyme qui attaque les protéines structurelles de l’assise cutanée.

Vous l’aurez compris après ce tour d’horizon, l’acide ursolique est le meilleur compagnon des retraités ! Mais si nous revenons à notre premier objectif, C’EST AUSSI UN GRAND AMI DES MUSCLES :

o   L’acide ursolique est un acide gras qui augmente la synthèse musculaire au détriment des dépôts de graisse dans les adipocytes (SUPER!). C’est en fait un agent de recomposition. Il permet de brûler des graisses (hanches, abdomen, fessier…) tout en stimulant la synthèse de nouveaux tissus musculaires et en préservant la masse musculaire maigre.

o   C’est un anti-aromatase léger qui préserve donc un tant soit peu la testostérone et permettra un contrôle des œstrogènes. Noter que ces résultats sont obtenus sans changer le régime alimentaire.

o   Il régularise les taux sanguins de glucose, de cholestérol et triglycérides.

o   Il stimule aussi la concentration d’irisine qui est une molécule hormonale induite par l’exercice et le métabolisme. Celle-ci joue un rôle d’intermédiaire entre le tissu adipeux et le tissu musculaire. L’irisine permet d’augmenter les dépenses énergétiques et de diminuer l’obésité et la glycémie.

Les centenaires en bonne santé sont caractérisés par
des taux d’irisine sanguin supérieurs à la moyenne.

NOTA : L’acide ursolique contenu dans « Seconde Jeunesse » est sous forme d’un Eriobotrya Japonica dosé à 90%.

¤ De la vitamine D

Lorsque la vitamine D arrive aux muscles, elle en augmente la puissance et le bon fonctionnement. Des études ont montré que des apports de 1000 UI par jour augmentent le volume des muscles mais aussi leur tonicité. Ainsi, il a été prouvé chez les plus de 60 ans que les chutes diminuaient de 20 % avec un taux adéquat de vitamine D.

Cependant, il existe encore une autre cause considérée comme un facteur important de l’atrophie musculaire : le dysfonctionnement mitochondrial.

Rajeunir les mitochondries

Plus que l’âge de nos artères, nous avons l’âge de nos mitochondries. Ce sont des micro-chaudières au sein de nos cellules, qui convertissent les nutriments en énergie. Leur défaillance peut provoquer : la fatigue chronique, l’asthénie musculaire, le cancer, la fibromyalgie, la maladie d’Alzheimer et d’autres pathologies neurodégénératives.

Nous possédons 10.000 milliards de mitochondries qui chaque jour produisent 40 kg d’ATP (adénosine triphosphate molécule d’énergie). Mais avec l’âge, l’oxydation augmente, mettant à mal les mitochondries. Ainsi, selon les études, jusqu’à la moitié des plus de 35 ans ont une baisse progressive d’ATP dans les mitochondries .

Les causes en sont multi-factorielles. Ainsi, au fil du temps, les mitochondries produisent moins d’énergie et sont de plus en plus attaquées par les radicaux libres. C’est pourquoi à 80 ans on se fatigue bien plus vite qu’à 20 ans, et les muscles sont amoindris.

Pour remettre du feu dans les chaudières mitochondriales, trois outils pertinents ont été sélectionnés : la Co-enzyme Q10, l’alpha R lipoïque et la carnitine.

Augmenter le taux de stétostérone

Aujourd’hui de nombreuses études démontrent qu’un taux élevé de testostérone, contrairement aux idées antécédentes reçues, est bénéfique pour la prostate. Morgentaler et Rhoden, chercheurs, ont conclu eux que le risque de cancer de la prostate est doublé si la testostérone est à faible taux. Mieux, de récentes preuves suggèrent que les hommes à faible testostérone risquent de développer un cancer de la prostate plus agressif.

Symptômes d’un manque de testostérone

Prise de poids : naissance de la bedaine, par stockage de graisses, qui génèrent de l’inflammation

Fonte musculaire : Dans la mesure où l’on se bouge, c’est la testostérone qui permet de donner de la masse et de la force aux muscles. Pour tout dire, elle leur est indispensable. Cette hormone agit aussi sur la production de globules rouges (qui transportent l’oxygène aux muscles – y compris au muscle cardiaque qui bénéficie aussi de la testostérone.)

Baisse de la libido : La testostérone est aussi appelée hormone du désir – sa diminution favorise donc aussi une dysfonction érectile.

Augmentation du risque cardio-vasculaire : Toutes les études récentes en témoignent avec une augmentation du risque cardio-vasculaire, ce d’autant plus qu’il y a prise de poids – comme quoi tout est lié.

La testostérone est un régénérant des parois artérielles. Sans elle, la paroi se rigidifie, il y a donc perte d’élasticité des vaisseaux doublée alors d’un muscle cardiaque moins puissant. La baisse de testostérone entrainant une augmentation du mauvais cholestérol (LDL), des triglycérides, de la pression artérielle, ainsi que du dépôt de lipides, les plaques d’athéromes trouveront alors là un terrain de jeu idéal pour prospérer. Il sera plus difficile encore de régénérer les parois artérielles. Attention alors à l’infarctus !

Mauvais sommeil : Notre organisme produit d’avantage de testostérone lorsque nous dormons. Mieux nous dormons, plus nous augmentons nos niveaux de testostérone. Un mauvais sommeil est donc révélateur d’un problème de testostérone.

Irritabilité, nervosité et baisse cognitive : Notre cerveau est riche en récepteurs d’androgènes, ainsi une baisse de testostérone agira sur notre comportement. Comme notre hormone du désir diminue, il se développe un manque d’intérêt pour les choses nouvelles. Un manque de testostérone peut favoriser la perte d’estime de soi, le manque de motivation, l’irritabilité. La chute de testostérone agit également sur la baisse des performances cognitives (lien indirect avec l’acétylcholine, neurotransmetteur de la mémoire).

Perte de cheveux et peau sèche : Ceux concernés connaissent sûrement le terme « alopécie androgénique » (perte de cheveux au sommet du crâne), en lien avec l’excès de DHT. Donc plus il y a de DHT, moins il y a de cheveux. Un manque de testostérone donne aussi une peau plus sèche, plus plissée. A l’inverse, un excès donne une peau grasse et plus ou moins d’acné, comme on peut l’observer chez les adolescents dont les niveaux de testostérone sont au plus haut.

Risque osseux : La testostérone augmente la densité osseuse car elle stimule les ostéoblastes qui génèrent la trame des os. Elle agit aussi sur la pénétration du calcium dans l’os. Enfin, elle agit aussi de manière préventive sur la perte des dents.

A noter que les femmes ménopausées ont tout intérêt comme les hommes vieillissants à générer naturellement de la testostérone… car celle produite par les ovaires cesse à la ménopause (il reste celle produite par les surrénales et le tissu adipeux). Tout comme les hommes, la carence en testostérone génère surpoids, fonte musculaire, baisse du désir, de l’orgasme et de la libido, risque cardio-vasculaire, déclin cognitif, risque osseux X(ostéoporose), instabilité, nervosité, peau flasque, paresse.

Que ce soit pour l’homme ou la femme, même combat, mêmes bénéfices. Il n’y a pas de danger pour la femme de masculinisation à prendre des précurseurs de la testostérone tel le Trigonella (composant de Seconde Jeunesse). C’est un stimulant naturel de la testostérone qui ne créera pas de dérèglement hormonal et ne stoppera pas le rétrocontrôle hormonal. A l’inverse, X la testostérone injectable obtenue par prescription médicale (ne respectant pas et court-circuitant le système endocrinien) peut avoir des effets secondaires.

Le Trigonella Foenum Graecum est autant intéressant, c’est parce qu’il contient des stéroïdes saponines telle la dioxine, la diosgénine, et surtout la protodioscine. Cette dernière est la plus active pour augmenter les niveaux de testostérone et améliorer la fertilité.

La protodioscine

Elle augmente indirectement le niveau de testostérone en élevant ceux d’une autre hormone, l’hormone lutéinisante. Cette dernière est produite par la glande pituitaire et régule la production de testostérone.

Noter que la supplémentation en protodioscine ne perturbe pas le mécanisme normal de régulation hormonale, c’est à dire que les hormones en question ne dépasseront pas les niveaux physiologiques. L’augmentation de testostérone améliore alors la masse musculaire, la perte de graisse, l’endurance, les fonctions sexuelles.

Protodioscine et libido

Une étude confirme l’activité pro érectile de la protodioscine. C’est autant valable pour l’homme (verge) que pour la femme (clitoris).

A noter que la protodioscine est un stimulant général, elle restaure vigueur et vitalité. Elle favorise l’activité motrice et le tonus musculaire, intensifie la synthèse des protéines.

Protodioscine et fertilité

Chez l’homme : La protodioscine augmente de façon significative la mobilité des spermatozoïdes ainsi que leur nombre, mais également leur morphologie (diminution de leur anormalité). « Seconde jeunesse » est donc aussi très utile aux jeunes dont la qualité du sperme et la fertilité sont en baisse continue.  A forte dose, elle augmente aussi le volume de l’éjaculation.

Chez la femme : La protodioscine améliore l’ovulation chez deux tiers d’entre elles.

Protodioscine et troubles féminins

Le protodioscine est un remède majeur de la ménopause mais aussi celui des règles douloureuses. Son efficacité est redoutable dans ce domaine. Prendre alors « Seconde Jeunesse » un peu avant, pendant et un peu après les règles. Concernant les bouffées de chaleur, faire des cures préventives. A noter que la protodioscine est une réponse adaptée au syndrome des ovaires poykystiques.

C’est donc un fait que la protodioscine nous donne accès à une seconde jeunesse, autant chez l’homme que chez la femme en accompagnement de l’andropause ou de la ménopause. Chacun y gagne en vigueur à tous les niveaux.
A noter que la protodioscine a d’autres atouts dans sa manche :

o   – action anti-inflammatoire, anti-oxydante,

o   – lutte contre le diabète, l’excès de cholestérol, l’ulcère gastrique,

o   – meilleure santé cardiovasculaire,

o   – vigilance mentale.

Composition de Seconde Jeunesse :

§  Malate de citrulline

§  Trigonella foenum-graecum (20 % protodioscine)

§  Néflier du Japon Eriobotrya japonica (90 % acide ursolique)

§  Co-enzyme Q10

§  R alpha lipoique

§  Carnitine

§  Stearate de magnésium

§  Vitamine D3 soit 990 ui

Indications générales de Seconde Jeunesse

                      • Artères : parois rigidifiées
                      • Asthénie musculaire
                      • Athéromes artériels
                      • Bouffées de chaleur
                      • Cardio vasculaire : déficience
                      • Cheveux : alopécie androgénique
                      • Chimios : séquelles
                      • Cholestérolémie LDL et triglycérides : hyper
                      • Cognitif : déclin
                      • Diabète
                      • Fatigue chronique
                      • Femmes : ostéoporose, instabilité, nervosité, peau flasque, paresse
                      • Fibromyalgie
                      • Glycémie : hyper
                      • Hypertension artérielle
                      • Immunodépression
                      • Inflammations
                      • Insomnies
                      • Irritabilité
                      • Libido : baisse
                      • Maladie d’Alzheimer
                      • Ménopause : troubles
                      • Mitochondries : faiblissantes
                      • Musculature : fonte
                      • Obésité
                      • Ovaires polykystiques
                      • Peau : photo vieillissement
                      • Peau sèche, plissée
                      • Radiothérapies : séquelles
                      • Règles douloureuses
                      • Terrain cancer
                      • Testostérone : carence
                      • Ulcères gastriques

 

Vous pouvez vous procurer le produit ici :

 

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , ,