ga('require', 'GTM-TBFHNVZ'); Intestin : Digilance, pour une paroi intestinale toute neuve | Michel Dogna
Aller à…
=> CANCER : Téléchargez 2 livres gratuitementRSS Feed

Intestin : Digilance, pour une paroi intestinale toute neuve


La muqueuse intestinale vue de près

C’est la barrière qui sépare notre milieu intérieur du milieu extérieur de l’intestin. Elle se constitue de micro-villosités, des membranes très finement plissées. Sa capacité d’absorption est énorme, elle représente 400 à 600 m2 – soit pour nos lecteurs sportifs – un cours de tennis. C’est en fait un épithélium constitué d’entérocytes (intestin grêle) et de colonocytes (colon), de cellules à mucus, et de lymphocytes.

– Les entérocytes étant soudés les uns aux autres forment les jonctions serrées. A l’état normal, ils forment une muqueuse étanche qui ne laisse passer que des molécules de petites tailles (nutriments essentiels, minéraux) mais s’opposent au passage des macromolécules, des composés toxiques, des micro-organismes.

– Les lymphocytes macrophages tapissant toute la muqueuse intestinale en font la barrière immunitaire la plus importante de l’organisme, soit 70% de notre immunité générale.

– Les anticorps immunoglobulines A (IgA) défendent l’organisme des germes pathogènes ou opportunistes, et contrôlent la prolifération des bactéries en général.

Lorsque la muqueuse est altérée, elle s’enflamme, se déforme (diverticules), les jonctions se distendent et la barrière intestinale devient poreuse. Alors les grosses molécules, les toxines, les agents pathogènes pénètrent la lymphe puis le sang, occasionnant une forte réponse immunitaire.
Celle-ci peut se traduire par, soit :
– des allergies,
– des maladies auto-immunes (sclérose en plaques, thyroïdite d’Hashimoto, maladie de Basedow, polyarthrite rhumatoïde, maladie de Crohn, recto-colite hémorragique, Lupus érythémateux, diabète insulino-dépendant de type I, syndrome de Goujerot-Sjögren, périartérite noueuse, maladie de Behçet, sclérodermie, spondylarthrite ankylosante, maladie de Still, myasthénie…)

A ce moment, l’intoxination sanguine épuise le foie qui va être débordé dans son tri, et c’est un sang pollué qui va nourrir nos tissus. Les molécules toxiques s’accumulent ici et là, favorisant diverses maladies. Une fois la fonction hépatique épuisée, les toxines pénètrent les cellules et peuvent aller jusqu’à altérer l’ADN – et c’est la porte ouverte  au cancer ! 

Imaginez la catastrophe sur l’équivalent d’un terrain de tennis : des virus et des bactéries parasites, ainsi que des candidas albicans qui ne sont plus arrêtés, ni par la barrière intestinale, ni ensuite par le filtre hépatique. Or ce sont eux qui provoquent au départ des troubles psychiques tels que la dépression nerveuse, la schizophrénie, l’autisme, l’hyperactivité.

Nota : On a vu des rémissions de dépression après la prise d’antibiotiques ; ainsi, on retrouve automatiquement de graves désordres intestinaux chez tous les schizophrènes.
Quand la capacité toxinique est vraiment dépassée, les symptômes physiques s’installent : douleurs osseuses, articulaires, musculaires, des infections à répétition, des nausées, des céphalées, des problèmes cutanés. 

Principales pathologies conséquentes possibles à la porosité intestinale

  • Acide urique élevé,
  • Anémie (par défaut d’absorption de ferritine),
  • Aphtes à répétition,
  • Concentration en nitrates (lorsqu’ils sont mal éliminés et en excès, ils  se lient avec les protéines pour former les nitrosanimes qui rappelons-le sont cancérigènes),
  • Déchaussements dentaires,
  • Déséquilibre hormonal :

– l’épuisement du foie diminue la synthèse de la progestérone favorisant des règles douloureuses, abondantes.

– L’œstrogène n’ayant plus son antagoniste se retrouve en excès favorisant fibrome, kyste, syndrome pré-menstruel.

– Le pire, c’est lorsque les hormones ayant joué leur rôle sont mal évacuées et  repassent dans l’organisme,

  • Diabète (une muqueuse duodénale détériorée produira moins de cholécystokinine dont le rôle est d’actionner les contractions du pancréas et de la vésicule biliaire, ce qui induira moins d’insuline, moins d’enzymes digestifs),
  • Infections urinaires (passage des bactéries pathogènes vers le système urinaire : cystite, infection prostatique),
  • Maladie de Behcet,
  • Œdèmes (l’intoxication est due à la dilatation des hématies intoxinés),
  • Prise de poids (un intestin en bon état de marche produit un peptide YY qui freine l’appétit, les obèses en sont très peu pourvus. Nous avons également un autre peptide, l’oxytomoduline dont l’action est tournée vers la satiété),
  • Varices.

On comprend aisément ici l’intérêt d’avoir ou de restaurer une bonne barrière intestinale. A savoir que les traitements lourds, le stress, l’acidose ainsi que l’intolérance aux laitages et au gluten sont des facteurs de détérioration.

Pour refaire la barrière intestinale

Voici les ingrédients de DIGILANCE capables de  refaire la barrière intestinale :

¤  La glutamine

C’est l’élément clé permettant de restaurer la barrière intestinale. La glutamine est le plus abondant des acides aminés de notre organisme. Elle joue non seulement un rôle dans le maintien de l’intégrité de la paroi intestinale, mais aussi dans la protection immunitaire, l’équilibre acido-basique et la synthèse des protéines. Elle favorise la réparation des cartilages et des tendons via son rôle dans la fabrication de la glucosamine.

La glutamine est fabriquée par l’organisme à partir des aliments. Aussi, en cas de maladie, de grand stress, de brûlure, d’intervention chirurgicale, l’organisme en manque. Si un exercice physique modéré augmente le taux de glutamine dans le sang, l’effort extrême le diminue. L’un de ses principaux sites de stockage est la musculature. On ajoute souvent de la glutamine en alimentation entérale (ou parentérale) aux patients hospitalisés en soins intensifs. Dans le cas d’une maigreur extrême, une perte de l’appétit et des troubles d’absorption, la glutamine est incontournable.

Quand on sait que les culturistes et les athlètes se complémentent en glutamine afin d’améliorer le travail musculaire on en mesure toute l’utilité pour le dénutri. La glutamine est un carburant, une source d’azote pour les cellules se divisant rapidement comme celles qui tapissent les voies gastro-intestinales (c’est d’ailleurs l’intestin grêle qui est le lieu principal de la consommation de glutamine de notre organisme), mais elle facilite également une production rapide de globules blancs.

Notre organisme est obligé de passer par une absorption constante de glutamine car elle lui est véritablement nécessaire et elle est le ciment des jonctions serrées de la barrière intestinale.

  • Permet de maintenir des niveaux adéquats de glutathion (antioxydant majeur) en tant que précurseur,
  • Rétablit la fonction des cellules tueuses NK (naturals killers),
  • Favorise un bon fonctionnement des reins,
  • Assure l’élimination des acides contenus dans le sang,
  • Améliore la flore intestinale,
  • Réduit l’état inflammatoire de l’intestin,
  • En bref, la glutamine est le ciment des jonctions serrées de la barrière intestinale,
  • Est également le précurseur du neurotransmetteur GABA dont le rôle est de ralentir la multitude d’information qui arrivent au cerveau, manquer de GABA, c’est le « pétage de plombs », les angoisses, le mauvais sommeil par pensées parasites.

La carence en glutamine est une quadruple punition : 
porosité intestinale, baisse immunitaire, acidose, angoisse et stress.

Enfin, la prise de glutamine est métabolisée en d’autres acides aminés, et il faut environ 4h après l’administration d’une dose pour que la teneur du sang en acides aminés augmente.
Dans la formule de DIGILANCE  il a été jugé utile de lui adjoindre des petits amis pour compléter son action :

¤  La spiruline

Son effet cicatrisant sur la muqueuse intestinale, liée à sa grande teneur en chlorophylle ne sont plus à démontrer.

  • Elle est un excellent assainissant de la digestion qu’elle stimule,
  • Elle favorise également l’élimination,
  • Elle supprime les indésirables (E-colie, candida…) tout en stimulant les bonnes bactéries (lactobacilles, bifidobactéries),
  • Elle augmente la production de lactobacilles dans l’intestin,
  • Elle améliore l’absorption de la nourriture et des vitamines,
  • Elle apporte ici les cofacteurs indispensables à l’assimilation de la glutamine ( zinc, bétacarotène, B9),
  • Elle permet sa transformation en GABA.

¤  Le curcuma

On utilise ici ses effets antibactériens ainsi que sa puissante action anti-inflammatoire, les intestins étant souvent le siège de l’inflammation. Il est utile dans les affections suivantes :

  • Dyspepsie,
  • Paresse hépatique,
  • Syndrome du colon irritable,
  • Ulcères gastriques.

¤  La myrtille

Elle est capable de se fixer aux bactéries pathogènes pour empêcher leur adhésion aux muqueuses. Elle est donc d’un grand secours et d’une efficacité majeure pour :

  • Anti-colibacillaire,
  • Diarrhées infectieuses,
  • Gastro-entérites,
  • Vomissements.

Une étude récente démontre une diminution du risque de métastase. Cette étude démontre également que des régimes contenant 5 et 10 % de myrtilles sont associés à des réductions de taille des tumeurs de 60 et 75 %.

¤  L’aloes vera

  • Il est un excellent cicatrisant,
  • Il est un bon anti-inflammatoire,
  • Il s’oppose aux bactéries et champignons pathogènes.

L’acemannan présent dans l’aloes vera facilite la désagrégation des protéines étrangères à l’origine d’allergies et de complexes auto-immuns dans l’intestin.

En conclusion

Il faut en moyenne six mois pour refaire une barrière intestinale (s’il n’y a pas de stress entre temps) : comme par hasard, c’est le temps qu’il faut pour faire disparaître des problèmes de peau récalcitrants… trouvant justement leur genèse dans un intestin poreux.

Il faut aussi penser à DIGILANCE dans le cadre des maladies auto-immunes, car tout ce qui passe « illégalement » une frontière poreuse provoque des réactions auto-immunes. Votre bien-être psychique dépend aussi de vos intestins. Toute maladie psychique a besoin de DIGILANCE, les intestins sont le deuxième cerveau, il faut en premier lieu reconstruire la barrière.

Nota : Nous avons vu, même si cela n’a rien de systématique, des parkinsoniens remarcher normalement après la prise régulière de DIGILANCE.

DIGILANCE régule aussi le transit, dans un sens comme dans l’autre. Jadis, avant l’avènement de la médecine, on demandait : « comment ça va ? », ce qui sous entendait : « comment allez-vous à la selle? » car cela servait de moyen diagnostic. Aussi, si votre transit n’est pas régulier, posez-vous des questions…

DIGILANCE aide aussi à mieux dormir et apaise celui qui le consomme.

Ne faites pas l’erreur commune de prendre des probiotiques sur un intestin poreux ; ceux-ci passent la barrière intestinale et agressent l’organisme.
Savez-vous par ailleurs que dans la flore des peuples chasseurs-cueilleurs, il n’y a aucun des probiotiques vendus dans le commerce ?… Que dans ces tribus hommes et femmes n’ont pas la même flore ?…

Refaites votre barrière intestinale et tout rentre dans l’ordre !

Posologie

1 cuillère à café avant les 2 repas principaux.

Il est possible de prendre également 2 cuillères à café le soir avant de dormir pour un meilleur sommeil, car la Glutamine améliore la production de GABA, l’acide gamma-aminobutyrique. Le GABA est le neurotransmetteur inhibiteur le plus important du cerveau, donc améliore le sommeil.

Vous pouvez vous procurer ce produit ici :

Mots clés : , , , , , ,

Lire aussi : Naturastem, un phyto-stimulateur exceptionnel des cellules souches pour restaurer les organes.