ga('require', 'GTM-TBFHNVZ'); Impuissance et formations tumorales, prenez soin de votre prostate avec Prostajade | Michel Dogna
Aller à…
=> CANCER : Téléchargez 2 livres gratuitementRSS Feed

Impuissance et formations tumorales, prenez soin de votre prostate avec Prostajade


… remède de l’adénome prostatique

La prostate est une glande entourant le canal urinifère qui sert à lubrifier le sperme afin de lui faciliter sa pénétration vers et dans l’utérus. Au départ, à l’âge de 20 ans elle est grosse comme une châtaigne, et elle termine comme une orange en fin de vie classique. Selon les statistiques, à 40 ans 20 % des hommes sont déjà touchés par des problèmes de prostate plus ou moins sensibles, à 60 ans ils sont 65 %, à 75 ans ils sont 85 %, et à 90 ans, c’est quasi tout le monde, ceci posant graduellement des problèmes de plus en plus ennuyeux.

Ces problèmes pouvant être :

  • Jet de moins en moins puissant,
  • Mictions de plus en plus fréquentes et en petites quantités (oligurie),
  • Envies de plus en plus pressantes et difficiles à contrôler,
  • Obligation de se lever la nuit, de plus en plus souvent,
  • Nouvelle envie quelques minutes après avoir uriné,
  • Cas limite (rare) : blocage complet de la miction.

Le piège du protocole médical

Si vous mettez le doigt dans l’engrenage, sachez que tout médecin a pour consigne de vous mettre en garde immédiatement d’un possible cancer (on dramatise pour faire peur…).
Le parcours direction l’urologue :
Toucher rectal – Analyse des PSA – biopsie (dangereuse) – recherche éventuelle de métastases – proposition de réduction de la glande prostatique avec une opération par endoscopie ou par les voies naturelles – radiothérapie de sécurité (qui cuit douloureusement les tissus environnants et les cartonne) – chimio éventuelle (qui vous détruit, entre autre, le sang).

Selon des sources que j’ai eues en main, il y aurait eu un million de prostates qui on été enlevées pour rien, pour cause de « surdiagnostic »…

Les conséquences possibles :

  • Incontinence (nécessité de couches),
  • Impuissance…,
  • … et possible dépression conséquente.

Un remède qui peut éviter l’aventure invalidante

Avant d’en arriver à ces mesures invasives et invalidantes, trop souvent abusives face à un cancer hypothétique, il y a l’option qu’offre le Prostajade qui s’utilise autant à titre curatif – pour diminuer naturellement le volume de la prostate et retrouver un jet urinaire satisfaisant – qu’à titre préventif pour empêcher la prostate de grossir, en particulier chez les obèses.
En particulier, Prostajade vous permet la plupart du temps de :

– Ramener votre taux de PSA à la normale,
– Soulager votre vessie,
– Evacuer les perturbateurs endocriniens (xéno-œstrogènes),
– Réguler votre glycémie,
– Aider votre foie,
– Combler vos carences en vitamine D, zinc, iode, magnésium,
– Augmenter votre réponse immunitaire,
– Faciliter votre sommeil…

Et encore, je ne vous dit pas tout, un livre en cours d’écriture sera, paraît-il, bientôt disponible…

Certains ressentent les premiers effets au bout de quelques semaines, d’autres au bout de quelques mois. Tout dépend de l’âge du capitaine et de l’état de son vaisseau. Quant aux PSA, il suffit souvent d’une boite pour que tout rentre dans l’ordre. 

Nous allons voir que la mise au point de la formule Prostajade a été très complexe en raison des nombreux paramètres jusqu’ici négligés, voire ignorés.

La formule naturelle ingénieuse et complexe

Prostaphyt a pour premier objet d’inhiber deux enzymes mises en cause dans le grossissement de la prostate : la 5-alpha réductase et l’aromatase. Mais aussi, la présence fortement dosée d’épilobe et de bisglycinate de zinc qui inhibent la 5-alpha réductase, responsable de la transformation de votre testostérone en dihydrotestostérone(DHT). Or c’est cette DHT en excès, qui stimule la prolifération des cellules prostatiques… Par ailleurs, la présence dans Prostajade de pygeum africanum et de racine d’ortie inhibe l’aromatase responsable de la transformation de votre testostérone en œstradiol, la plus puissante des hormones femelles (l’homme âgé en a à terme plus qu’une femme ménopausée !)… et qui, elle aussi, stimule la croissance de la prostate.

Il est à noter que les graisses d’une surcharge pondérale sont de véritables machines à hormones où les deux enzymes (5-alpha réductase et aromatase) s’en donnent à cœur joie : donc si vous êtes jeune et obèse, il est conseillé de commencer le combat préventif très tôt.

Des effets collatéraux qu’il a fallu compenser

Certaines plantes de la formule peuvent avoir un effet négatif sur la libido, et il a fallu  compenser cet effet par l’apport de carnitine qui agit sur le désir sexuel, les dysfonctions érectiles, la satisfaction sexuelle… mais aussi sur la fatigue et la dépression.

Il est une hormone à laquelle aucune formulation sur la prostate ne pense, et qui est pourtant fondamentale : c’est l’insuline. Or il faut savoir que les pics de glycémie sont accompagnés de l’augmentation de IGF1, (facteur de croissance qui stimule la prolifération cellulaire ainsi que l’inflammation). Et il y a une corrélation entre le taux de IGF1 et le taux de PSA (marqueur de la prostate).  C’est pour cette raison qu’il a été introduit dans la formule de Prostajade, de la poudre de jus de NONI.

Merveilleux Noni qui a pour effets majeurs de :

  • Réguler la glycémie,
  • Être un grand anti-inflammatoire,
  • Être un fabuleux anti-angiogénèse (idéal pour la prostate),
  • Être un anti-infectieux, tout comme l’épilobe cité plus haut,
  • Avoir une action anti-œdémateuse aussi – comme l’épilobe.

Mais surtout, autre grand avantage du Noni : il génère la libération d’oxyde nitrique dans de grandes proportions. A savoir que l’oxyde nitrique favorise l’afflux de sang dans les corps caverneux du pénis et le relâchement des muscles lisses : ce qui favorise l’érection. C’est donc une solution aux dysfonctions érectiles. Or, les études observent une synthèse réduite de l’oxyde nitrique au niveau du tissu hyperplasique de la prostate. Il est donc évident que ni  la prostate, ni la vessie d’ailleurs ne doivent manquer d’oxyde nitrique !

Compensation des perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens (dont les dérivés chlorés, fluorés, bromés…) qui sont hormono-mimétiques, sont d’une part plus puissants que les œstrogènes et très difficiles à déloger d’autre part. Le résultat est une perte d’hormones androgènes, une diminution de la fertilité, une éventuelle hyperplasie de la prostate. Exemple : tout le monde sait, plus ou moins, que les poissons de rivière à la sortie des bassins d’épuration se féminisent.

L’iode Terminator des perturbateurs endocriniens

En fait, l’iode favorise leur excrétion urinaire. Ce qui n’est pas très connu, c’est qu’il n’est pas seulement stocké dans la thyroïde, mais également dans la prostate (chez la femme dans les ovaires et les seins) où il fait son travail de videur. Hélas, avec la pollution croissante, plus les perturbateurs sont nombreux, plus vos stocks d’iode s’épuisent. Il est donc impératif d’avoir un apport d’iode quotidien. C’est la raison pour laquelle il a été introduit du fucus vesiculosus, fortement dosé en iode, dans la formule.

Le foie, l’oublié des formulations pour la prostate

C’est pourtant lui qui assume plus de la moitié du métabolisme des œstrogènes. Il convient donc de le désintoxiquer avec un dérivé soufré. Pour cela il a été prévu l’acide R alpha lipoïque. Il porte le surnom d’antioxydant universel car il passe partout – y compris au travers de la barrière lipidique. Comme par hasard, nous commençons à en produire moins à partir de la quarantaine, la chute s’accentue fortement à la soixantaine.
C’est en plus :

  • un chélateur de métaux lourds,
  • un très puissant anti-radicalaire,
  • un activateur de production du glutathion du foie. 

L’association de l’acide R alpha lipoïque avec la carnitine, citée précédemment, est un mariage plus qu’heureux : de nombreuses études ont prouvé les vertus rajeunissantes de ce couple.

Pour renforcer l’action sur le foie, il a été rajouté un autre composé organique soufré : le sulforaphane de brocoli. C’est l’inducteur le plus puissant des enzymes de détoxication du foie. En particulier :

  • il inhibe les enzymes qui peuvent activer les pro-cancérogènes,
  • il aide à se détoxiquer des polluants atmosphériques, des pesticides, des métaux lourds,
  • il combat l’inflammation, 
  • il augmente l’activité des cellules NK (natural killers),
  • il améliore la réponse antivirale,
  • il inhibe 23 bactéries différentes,
  • il augmente la production d’enzymes qui dégradent la DHT,
  • il soulage l’obstruction de la vessie,
  • il augmente énormément le taux de glutathion comme l’acide alpha lipoïque.

Le sulforaphane est rendu plus efficace en terme de biodisponibilité par la présence de myrosinase : celle-ci est présente dans le brocoli, mais elle est fragile. Celle qui est présente dans la moutarde est plus stable, c’est la raison pour laquelle il y a un peu de moutarde dans Prostajade (il faut penser à tout !).

La mélatonine, l’hormone du sommeil, acteur important de la prostate

Un apport de mélatonine s’est montré aussi efficace que le Létrozole, l’inhibiteur d’aromatase le plus puissant de l’arsenal chimique connu pour supprimer la production d’œstradiol et la prolifération cellulaire. Les mauvais dormeurs ont plus de risque de développer un cancer de la prostate. 
Par ailleurs, la mélatonine, appelée aussi « hormone anti-âge » :

  • Stimule la libido,
  • Entretient la joie de vivre,
  • Régule la glycémie.

Autres ingrédients pour une efficacité maximale

La Vitamine D3 – qui participe à ralentir la croissance de la prostate et réguler le PSA.

Le Magnésium – le Professeur Delbet préconisait d’en augmenter la ration quotidienne pour stopper l’hypertrophie. Il a pu ainsi observer dans sa pratique la disparition des besoins de miction intempestifs et autres troubles prostatiques.

Le Zinc – la prostate est le lieu de l’organisme où sa concentration est la plus élevée. Son accumulation dans les cellules prostatiques inhibe la croissance cellulaire et induit un contrôle de l’auto croissance par les cellules. Rappelons qu’il inhibe la 5-alpha réductase.
Magnésium et Zinc sont dans Prostajade sous forme de bisglycinate afin de maximiser leur absorption ainsi que leur tolérance par l’organisme.

Le Serenoa Repens réduit également l’inflammation, les envies pressantes d’uriner, favorise la vidange complète tout en augmentant le flux urinaire. Il relâche la contraction des muscles lisses (comme le noni), ceux-là même qui provoquent l’envie urgente d’uriner.

Ces trois ingrédients ont déjà été cités :

Le Pygeum Africanum bloquera également la formation des prostaglandines pro-inflammatoires qui s’accumulent dans l’hypertrophie prostatique. Il module la contractibilité de la vessie, réduit la miction nocturne, la fréquence urinaire et son volume résiduel.

La Racine d’Ortie – qui empêche la SHBG de s’attacher à des sites récepteurs de la prostate.

L’Epilobe – qui réduit le taux de PSA, inhibe le cancer hormono-dépendant prostatique. Il est anti-inflammatoire, puissant anti-infectieux, qu’il s’agisse aussi bien de la prostate que de la vessie.

Composition résumée de Prostajade

– Sabal (serenoa repens) 45% d’acides gras : 220 mg
– Epilobe (epilobium parviflorum) : 200 mg
– Poudre de jus de noni (morinda citrifolia) : 180 mg
– Ortie racine (urtica dioica) : 170 mg
– Pygeum (pygeum africanum) : 150 mg
– Acide R Alpha Lipoïque : 70 mg
– Brocoli (brassica oleracea) (0.4% sulforaphane) : 70 mg
– Carnitine : 70mg
– Fucus (fucus vesicolosus) : 50 mg
– Antiagglomérant : amidon de riz
– Magnésium bisglycinate : 40 mg (7.2 mg magnésium)
– Bisglycinate de Zinc : 10 mg (3 mg de zinc)
– Moutarde noire (brassica nigra) : 5 mg
– Mélatonine : 0.3 mg
– Cholécalciférol  (vitamine D3) : 1000 UI

Vous pouvez vous procurer le produit ici : 

Mots clés : , , , , ,